Rechercher

Comment j'ai réussi à aider mon enfant à profil atypique ? (Episode 1)


Un soir à 17h, en rendez-vous avec la maitresse de CE1 d'un de mes fils : "Votre fils a un problème".

Un matin à 8h, un an plus tard, une autre maîtresse : "Votre fils n'est pas normal, il va falloir l'accepter".

Ces deux phrases, brutales et violentes, sonnaient le départ d'un long combat.

Et après une multitude de rendez-vous, le diagnostic est posé : mon fils est précoce, TDA (trouble de l'attention) et DYS.


Alors que mettons nous derrière ces mots ? des enfants, adolescents aux profils atypiques. Et qu'est ce qu'un profil atypique ?

Une définition précise serait trop réductrice. On met dans cette catégorie d'enfants/d'adolescents atypiques les jeunes autistes, zèbres, hypersensibles, DYS, hyperactifs, Asperger, TDA/H, surdoués, précoces, HP....

Bref, des enfants différents.


Des enfants que l'on qualifiera souvent à l'école, dans votre entourage, de "bizarres", "immatures", "anormaux"...Des mots inadaptés et inappropriés.

Et à enfants "bizarres", parents souvent démunis !


C'est là où il vous faut enfiler votre "cap de super parent" comme l'écrit Claire Stride dans son merveilleux livre "Ingérable ou Atypique ?".


L'enfant atypique est un enfant vulnérable et en souffrance. En prendre conscience est la première clé pour pouvoir l'aider.

Il faut en permanence veiller au risque des relations toxiques et au harcèlement scolaire notamment. Discuter, l'entourer, garder le dialogue, le surveiller dans ses comportements, veiller au risque d'isolement.


L'enfant atypique à un mot favori dans son vocabulaire : "l'échec". Et c'est à l'école que ce mot prend tout son sens pour ces enfants/adolescents habités par ce sentiment d'échec.

Il faut donc oeuvrer sur la "confiance en soi", "l'estime de soi" et valoriser en permanence son potentiel, souvent dormant.


L'enfant atypique trouve difficilement sa place dans le cercle familial parce qu'il se sent différent.

Nous "super parents", lui consacrons beaucoup de temps. Il culpabilise souvent vis à vis de la fratrie, se sent comme le canard boiteux au sein d'une famille qu'il voit "différente" de lui même. Il exprime souvent de la colère, il ne supporte ni les interdits ni les contraintes.

Le défi d'une famille avec un enfant atypique est donc de permettre à chacun de trouver sa place.



Accompagner un enfant/adolescent atypique, c'est lui donner des clés pour qu'il s'aime enfin tel qu'il est et pour qu'il vive ses rêves. C'est faire de sa différence une richesse.


Albert Camus disait : "Etre différent n'est ni une bonne chose, ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que vous êtes suffisamment courageux pour être vous mêmes".


Alors, vivre aux côtés d'un enfant/adolescent atypique, c'est aller chercher en lui cette richesse, lui faire exprimer ses besoins, l'aider à contourner ses limites et ses croyances, faire émerger ses ressources.

C'est ce que je vous expliquerai dans l'épisode 2 .....très vite !


92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout